20845 chemin de la Côte Nord, local 303, Boisbriand, J7E 4H5
514-433-6410
physiopaquin@gmail.com

La cigarette

Physiothérapie privé dans le secteur Boisbriand/Blainville

Cigarette

Il est bien connu que la cigarette comporte plusieurs risques pour la santé, mais saviez-vous à quel point elle peut être néfaste pour votre système musculosquelettique ?

Densité osseuse

Parmi les nombreux effets négatifs de la cigarette sur le système musculosquelettique, la perte de masse osseuse et l’augmentation du risque de fracture sont les plus connus. C’est une série d’actions complexes qui explique cette perte de masse osseuse. La nicotine a un effet toxique sur les cellules qui produisent du tissu osseux, ainsi qu’une série d’actions indirectes sur les hormones, l’absorption de vitamine D et de calcium, les vaisseaux sanguins et l’oxygénation. Par la mauvaise oxygénation, il s’en suit également une perte de force musculaire qui peut entraîner des troubles d’équilibre et augmenter le risque de chute (donc indirectement de fractures).

Arthrite rhumatoïde et douleur chronique

Fumer la cigarette serait également un facteur de risque pour le développement d’arthrite rhumatoïde par son effet inflammatoire sur le corps. Elle pourrait aussi contribuer au développement de douleur chronique au dos. En effet, la cigarette entraîne une destruction cellulaire et une fibrose du noyau des disques intervertébraux. Elle provoque aussi une désorganisation du collagène. De plus, la diminution du flot sanguin diminue la vascularisation autour du disque et favorise sa dégénérescence.

Muscles et tendons

La cigarette pourrait avoir un effet négatif sur les tendons et les muscles. Chez les fumeurs, le métabolisme du muscle est diminué. L’inflammation et le manque d’oxygène sont plus marqués. Ceci entraîne progressivement une perte de masse musculaire. Au niveau des tendons, c’est un peu comme au niveau du dos, les fibres de collagènes se dégénèrent et le risque de tendinopathie et de déchirure tendineuse est augmenté.

Post-chirurgie

Il est aussi connu que fumer augmenter les risques de complications suite à une chirurgie. En effet, tel que discuté ci-haut, on sait que la nicotine a un effet toxique et limite la production de cellules nécessaires à la formation de nouveau tissus. De plus, la nicotine réduit l’apport sanguin qui est essentiel à la guérison. De plus en plus de chirurgiens exigent de cesser la cigarette avant de procéder à la chirurgie lorsque c’est possible.

Au final, on sait qu’arrêter de fumer pourra avoir un effet bénéfique à long terme sur le métabolisme osseux et un effet plus immédiat pour une meilleure récupération suite à une chirurgie.

Physiothérapie

Qu’en est-il de vos résultats lors d’une réadaptation en physiothérapie ? Que ce soit pour une blessure secondaire à un accident ou lorsque vous souffrez de douleurs chroniques, cesser de fumer pourra grandement vous aider à guérir plus rapidement.

Pensez-y bien !

Référence: Michele Abate, Daniele Vanni, Andrea Pantalone, &  Vincenzo Salini, « Cigarette smoking and musculoskeletal disorders», Muscles Ligaments Tendons J., 2013 Apr-Jun; 3(2): 63–69.